Historique Marketing Guide d'achat Technique Pratique Clubs Liens Facebook

La rubrique Pratique

QUELLE HUILE POUR NOS MOTEURS ?

 

LES HUILES MINERALES

Les huiles minérales, obtenues par raffinage de pétrole brut, sont les moins chère et les moins fluides.

LES HUILES DE SYNTHESE ET SEMI-SYNTHESE

Les huiles de synthèses sont constituées d'une structure moléculaire modifiée par réaction chimique de manière à obtenir des caractéristiques précises comme une très grande fluidité à froid. Le liant de ces molécules est une base dite Multigrade.

Les huiles de semi-synthèse ou "à base de synthèse" sont constitués d'un mélange d'huile minérale et de base lubrifiante synthétique.

Ces huiles sont-elles adaptées à nos mécaniques anciennes qui n’ont pas les mêmes contraintes que les mécaniques modernes ?

La fonction première d'une huile est de lubrifier la mécanique pour en réduire l’usure, mais sont rôle ne s'arrête pas là, car elle doit entre autres combler l’espace entre les pièces en mouvements, et permettre le transport des dépôts d'usure vers le filtre. Le volume d'huile joue également un rôle prépondérant dans le refroidissement du moteur, un radiateur d'huile peut être inséré dans le circuit d'huile pour améliorer les échanges thermique. Enfin, un additif anti moussant permet d'éviter la formation de bulles d’air dans l’huile.

A température ambiante une huile 100% minérale conserve sa viscosité, mais se fluidifie au fur et à mesure de l'augmentation de température.
Ces huiles, dites mono grade n'ont plus cours aujourd'hui grâce à l'ajout de polymères, qui permettent d'éliminer la fluidification et augmenter sa consistance en l'épaississant lors de l'échauffement, d'où l'utilisation d'huiles multigrades.
Le premier chiffre désigne la viscosité à froid (par exemple 5w50), le deuxième après la lettre w pour 'winter' (hiver) désigne la viscosité à chaud. Ce qui permet d'obtenir des huiles toutes saisons.

Le choix reste cependant très vaste, et il est difficile pour le néophyte de faire la part des choses.
Pour l’huile minérale une 15w40 conviendra pour le nord de la France, une 20w50 pour le sud. Assez fluide à froid l’hiver et assez visqueuse l’été. Pour l’huile de synthèse la plage de grades est plus vaste, une 0w50 par exemple conviendra pour tous les climats et toutes les utilisations.

Quels sont les avantages d’une huile de synthèse ?

Les huiles de synthèse possédant une multi viscosité naturelle, il n’y a pas besoin d’ajouter des polymères pour parvenir à la fluidité requise à basse température, de même pour la viscosité à haute température. Les polymères ajoutés pour donner sa multi viscosité à l’huile minérale constituent son point faible. En effet, lorsqu’ils ont dépassé leur durée de vie, ils se désagrègent et causent l’accumulation de boue au fond du carter. Une huile minérale 5W50 requiert une forte quantité de polymères pour assurer cet écart de viscosité. D’autre part, ces polymères ne sont pas toujours compatibles avec les joints de nos moteurs.
La performance des huiles de synthèse provient du fait que les esters la composant ne contiennent que des particules qui contribuent à lubrifier et à protéger le moteur. Il est estimé que 80% de l’usure d’un moteur se produit au démarrage en l’absence d’huile sur la surface des pièces en mouvement. L’huile de synthèse a une grande capacité de circulation à froid et d’adhérence, ainsi qu'une grande capacité détergente et s’oxyde moins au contact des acides de la combustion créés par l’eau, la chaleur et les produits contaminants. Elle est aussi plus stable à haute température. De plus, cette stabilité à haute température signifie moins d’évaporation, donc, une consommation réduite. En vieillissant, l’huile de synthèse conserve une viscosité très stable, ce qui lui confère une plus longue période d’utilisation.

Faut-il utiliser une huile de synthèse dans nos mécaniques anciennes ?

Les huiles de synthèse étant beaucoup plus détergentes que les huiles minérales, il est déconseillé voir dangereux de les utiliser dans des moteurs ayant fonctionnés à l’huile minérale, l'action du détergent en lavant le moteur, décollera les boues s'étant formées au fond du carter. Ces boues viendront par la suite obstruer les circuits de lubrification du vilebrequin, donc risque important de couler une bielle.

Ces huiles ont en effet été élaborées pour des moteurs modernes.

Nos moteurs étant bien souvent utilisés sur de petits parcours, entrainant une multitude de montée en température suivi de refroidissements, ces échanges de température entrainent la formation de condensation sur les parois internes du moteur. Cette condensation se retrouvera dans le carter d’huile, si une partie s'évapore à chaud sous forme de vapeur, l'autre devra être éliminée par vidange, d’où la nécessité de ne pas trop les espacer.

L'utilisation "impropre" de nos voitures, qui plus est pourvues de carburateur, à combustion moins complète que celle d’un moteur injection, aura pour conséquence de charger cette huile d’essence oxydée en affectant sa viscosité.

LE FILTRE A HUILE

Le filtre à huile assure une fonction essentielle au bon fonctionnement du moteur car il permet d'épurer en permanence l'huile en retenant les impuretés d'origines externe ou interne telles que les particules abrasives dues à l'usure normale des organes, les poussières et les résidus de combustion.

Les filtres à huile des moteurs modernes stoppent des impuretés de 0,5 microns, soit ½ millième de mm, contre 1/100 mm pour les filtres à huile de nos anciennes.

Quel est le rôle du filtre a huile ?

Les quatre fonctions principales du filtre à huile sont :

- Arrêter les particules contenues dans l'huile, au-dessus d'une certaine taille. C'est la fonction première d'un filtre, caractérisée par le "seuil de filtration" du média filtrant, à savoir la taille des pores.

- Avoir une "capacité de colmatage" suffisante, c'est-à-dire assurer la filtration de l'huile pendant le kilométrage prévu par le Constructeur, grâce à la surface de filtration du média filtrant.

- Résister aux contraintes mécaniques et thermiques de l'environnement moteur (pression d'huile, vibrations du moteur, température de l'huile...)

- Ne pas se vider à l'arrêt du moteur en particulier si celui-ci possède des poussoirs hydrauliques.

Quel filtre à huile utiliser ?

Noter le modèle de votre auto, son année de fabrication, son type mine et vérifiez la référence de votre filtre à huile dans le carnet d'entretien remis par le constructeur, ou dans le catalogue d'affectation de votre revendeur.

Il existe de nombreuses marques telles que Motorcraft, Rotunda, Autolite, K&N, Bosch, Fram, Purflux, etc...

Certains filtres bénéficient de technologies particulières, c'est le cas de Purflux, qui produit des filtres offrant de 15 à 20% de surface de filtration supplémentaire dans un même volume grâce à sa technologie du "Plissage chevron", d'autres consevront des filtres écologique, où seul l'élément filtrant en papier sera à changer, réduisant ainsi les déchets de 90%.
Quoiqu'il en soit, ce n'est pas tant la qualité du filtre qui compte mais bel et bien la qualité de l'huile sélectionnée.

Quand remplacer le filtre à huile ?

Le filtre à huile sera à remplacer à chaque vidange.

PERIODICITE DE LA VIDANGE

Compte tenu des conditions d'utilisation de nos autos, il est conseillé d'effectuer une vidange chaque année, de préférence en fin de saison, afin que le moteur passe l’hiver avec une huile propre non chargée d’oxydants qui altèrent les métaux, et non chargée de boues qui se fixent au fond du carter ou dans les recoins du moteur tel que sous l’arbre à cames.

QUELLE MARQUE D'HUILE ACHETER ?

La marque n'a que peu d’importance, seule la norme doit guider votre choix.

CLASSIFICATION DES HUILES

API: American Petroleum Institute : SA pour la moins bonne à SL pour la meilleure.

CCMC: Comité des Constructeurs du Marché Commun :  G1 pour la moins bonne à G5 pour la meilleure.

ACEA: Association des Constructeurs Européens d'Automobiles : A1 pour la moins bonne à A5 pour la meilleure.
Cette norme date de 1996.

Que signifie cette classification ?

La norme américaine API est composée de 2 lettres. La première lettre : S signifie Spark ignition soit les moteurs essence. La seconde lettre correspond au niveau de qualité, mais aussi aux années.

SA= 1925
SC = 1960
SD =1968/1970
SE = après 1971
SF = 1980
SG depuis 1989, etc..

La lettre C est réservée au diesel (CA, CB, etc…)

Dans le tableau ci-dessous on constate que la norme API SA est le premier niveau de qualité et aussi la plus ancienne, tandis que la norme ACEA A5 est la meilleure qualité, cette dernière correspond à la norme API SL.

API CCMC ACEA

SA
SB
SC
SD
SE
SF
SG
SG
SH
SJ
SL





G1
G2 ou G3
G2 ou G3
G4 ou G5








A2
A2 ou A3
A2 ou A3
A4 ou A5

La norme A2 correspond à une huile 100% minérale, la norme A3/A4 généralement à une semi synthétique, et la norme A4/A5 à une huile 100% synthèse.

EN BREF

Une A2 15w40 correspondra parfaitement à une voiture d’avant guerre ou juste après, une A3 15w40 conviendra aux voitures plus récentes, tandis qu'une A4 ou A5 5w50 sera à réserver pour des mécaniques plus pointues que nos V8. La 15w40 reste toutefois le mieux adapter à notre climat et à l’utilisation que nous faisons de nos voitures anciennes. D’autre part, cette plage multigrade après usure fera moins de boues et sera moins néfaste pour les joints moteurs.

Les huiles synthétiques et semi synthétiques sont à proscrire pour les moteurs ayant fonctionnés avec de l’huile minérale à cause de leur détergence. Une huile semi synthétique sera en revanche tout à fait adaptée à un moteur refait à neuf. L’huile minérale quant à elle conviendra parfaitement aux moteurs anciens, une bonne minérale pouvant être très proche d’une semi synthèse.