Historique Marketing Guide d'achat Technique Pratique Clubs Liens Facebook

La rubrique Pratique

ROULER AU SANS PLOMB

 

Le plomb tétraéthyle présent dans le supercarburant permettait de lubrifier les sièges de soupapes, en son absence la récession de celles-ci dans les culasses est inévitable et irréversible à plus ou moins long terme. Rouler au sans plomb nécessiterait des rodages de soupapes fréquents afin d'éviter d'avoir à supporter d'important travaux en cas de détérioration.
Le Super plombé a vu toutefois sa concentration en plomb baisser avec le temps, puisqu'à l'origine il était de 0,7 gr/litre contre 0,132 gr/litre à son terme, sans que cela n'engendre pour autant de détérioration des culasses. Cela s'explique par le fait que le plomb qui s'est déposé au fil des ans sur les sièges sous forme d'oxyde, en a assuré la protection, et demeure si une dose suffisante de plomb continue à entretenir son usure.

LE SUPER AU POTASSIUM

Le super au potassium, appelé supercarburant ARS (Anti-Récession Soupapes) aurait été la solution si la production de ce carburant de substitution avait perduré.
Les effets à long terme de ce carburant n'était toutefois pas connus avec précision.
En effet, durant le temps qui a succédé à l'arrêt du Super plombé, les pétroliers ont joués sur l'effet mémoire du dépôt de tétraéthyle de plomb, l'entretenant avec une dose minimum, mais, dès lors que ce dernier fut retiré de la vente, la protection a cessé d'être entretenue.
Une enquête de 60 millions de consommateurs et du magazine Auto moto a révélé à l'époque que le supercarburant ARS, élaboré à partir de Super sans plomb 98 et d'un additif au potassium, ne respectait pas les normes fixées par l'arrêté du 23 décembre 1999, qui imposait une teneur en potassium comprise entre 8 et 20 milligrammes par kilo de carburant, en dessous de cette limite basse, le potassium ne remplissait plus correctement son rôle.
Autrement dit, si vous teniez à votre moteur, mieux valait effectuer soi-même son mélange en incorporant un additif spécifique au potassium dans du Super 98 sans plomb.

LES SOLUTIONS

LES SUBSTITUTS

Les substituts, que vous incorporerez vous-même au Super 98 sans plomb, de part leur dosage manuel, offrent des garanties supplémentaires, mais entraînent un surcoût de 5 à 6 centimes € par litre. Cela reste cependant la solution la plus économique, sous réserve de choisir le bon produit dès le départ, car peu de fabricants ont acceptés de soumettre leur produit à des tests indépendants.

SIEGES DE SOUPAPES RENFORCES

Plus radicale, cette solution consiste à convertir vos culasses pour l'utilisation au sans plomb. L'opération nécessite de déposer la culasse afin de monter des sièges de soupapes en acier spécial à l'échappement, appelé frettes, voir à l'admission. Il vous faudra compter environ 80 € par siège. Les soupapes d'origine étant en acier spécial de type EN21/4N, elles ne seront pas à remplacer, le tout étant d'être sûr de leur origine, sans quoi il sera nécessaire de les remplacer. Les guides seront également à remplacer, pour des guides au bronze de phosphore. Seul un rectifieur est à même de réaliser l'ensemble de ces opérations. RECTIFICATION 2000 à La Garenne Colombes dans les Hauts de Seine est parfaitement compétent dans la conversion de culasses au sans plomb.

Cette solution semble être la plus fiable à long terme, à moins que vous ne décidiez de remplacer purement et simplement vos vieilles culasses en fonte par des culasses neuves en aluminium.

CULASSE ALU

L'adoption d'une culasse en aluminium traitée pour le carburant sans plomb reste la solution ultime.
En effet, de part ses qualités, l'aluminium permet d'obtenir de bien meilleures tolérances à l'usinage que la fonte. Les flux de circulation se retrouvent améliorés grâce à des conduits et des chambres de gaz améliorés, d'où un gain de puissance, un échange thermique 3 fois supérieur à celui de la fonte, un gain de poids important, sans oublier qu'il est question ici d'une pièce neuve et non d'une pièce d'époque, qui bien que reconditionnée peut présenter des faiblesses, mais elle reste la solution la plus coûteuse.

LES CATALYSEURS

Très controversé, le bienfait de ces dispositifs étant largement plébiscité par leurs concepteurs eux-mêmes, MustanTech se devait d'en parler.
Le catalyseur de combustion utilise le principe de la catalyse à l'étain, consistant à charger d'étain le carburant juste avant sa combustion, qui permettrait d'obtenir de nombreux bénéfices, dont celui d'éviter la détérioration des sièges de soupapes. D'après les fabricants qui distribuent ces produits, les qualité de l'étain dans le carburant serait connu depuis les années 20.
Le catalyseur est à introduire entre la pompe de carburant et le carburateur, il comprend des pastilles d'étain, d'antimoine et autres métaux répartis en plusieurs compartiments, ce sont les vibrations du moteur qui permettent au carburant qui traverse le catalyseur de se charger en fines particules d'alliage qui se trouvent dégagées par le frôlement des pastilles entre elles et contre les parois des compartiments. Il n'y a aucune réaction chimique à ce stade, l'abrasion est purement mécanique du fait des vibrations.
Des essais UTAC effectués en janvier 2000 auraient confirmé la présence d'étain dans le carburant.
Ces catalyseurs sont pour la plupart conçus pour une durée de vie correspondant à un parcours de 500.000 kms et sont garantis 5 ans contre tous vices de fabrication.


Internet: http://www.utacceram.com

EN CONCLUSION

Rouler au sans plomb additivé reste incontestablement la solution la plus économique, reste la question de la viabilité des substituts que vous serez susceptible d'utiliser. S'il est question en revanche de convertir son ancienne culasse au sans plomb, pourquoi ne pas s'offrir une culasse alu qui apportera de bien meilleures performances.
A vous de faire le choix le plus judicieux...